Marie Clerel - artiste
l'envers des pentes
Culture

Artiste en résidence au refuge de la Lavey

Marie Clerel artiste de l'image, prend de la hauteur pour s’imprégner du vallon de la Lavey. "Elle fabrique des images avec un minimum de moyens, réduit la photographie à son essence, un travail avec la lumière, le temps, l’espace -et les aléas du ciel."

Marie Clerel artiste de l'image, prend de la hauteur pour s’imprégner du vallon de la Lavey. "Elle fabrique des images avec un minimum de moyens, réduit la photographie à son essence, un travail avec la lumière, le temps, l’espace -et les aléas du ciel."

Adresse
Champhorent
38520 Saint-Christophe-en-Oisans - La Bérarde
Isère (38)
Contact

Site : http://lenversdespentes.com/

Voir le numéro
Description

Organisé par l'association L'envers des pentes, les refuges du Vénéon reçoivent en résidence des artistes variés.

Démarches artistiques :
Depuis quelques année je suis sortie du laboratoire pour travailler en plein soleil. Je fabrique des images avec un minimum de moyens, je réduis la photographie à son essence, un travail avec la lumière, le temps, l’espace - et les aléas du ciel.
C’est une photographie qui frôle l’accident, qui prend son temps, nomade, dépendante des éléments et de son environnement. Parfois elle trompe l’œil et réclame à ce qu’on s’y attarde un peu ou qu’on y revienne. Une photographie qui n’a parfois pas l’air d’en être - faussement abstraite - elle prend sa source dans mon environnement immédiat et dans mes gestes quotidiens.

Note d'intention pour la résidence :
Partir légère pour laisser toute sa place à la collecte et l’observation, en chemin puis en gravitant autour du refuge. Je le vois comme une pause, un entre deux, un lieu isolé mais vivant, de passage. Un endroit duquel on surveille le ciel, qui nous abrite des intempéries, du froid nocturne, du vent. Un observatoire.
Monter là haut c’est donc aussi se rapprocher du soleil, un peu plus que d’habitude. Dans ce cas là, je voudrais voir comment il agit, là haut sur mes papiers sensibles.
Voir aussi si, à cette altitude, la lumière de la lune s’imprime sur les surfaces sensibles.
Essayer, rater, jouer.
À l’image des marcheurs, je serais dépendante de la météo, du vent, des intempéries, je m’en remettrais au soleil et au vent pour la fabrication d’images directes, dont les étapes de production seront réduites à l’essentiel. Une photographie du peu, en collaboration avec les éléments et le territoire.
Je voudrais collecter les eaux du torrent, des lacs, les eaux de pluie - si elle s’invite.
De cette eau, faire émerger les images prises au long de la résidence.
Collecter aussi la rosée pour y développer les ombres glanées la veille sur papier sensible.
Glaner les pigments dans les baies et les feuillages pour ensuite les faire décolorer sous le même soleil qui les a nourri.
Sans machines et avec le vallon comme laboratoire ouvert, il s’agira d’une photographie autonome, la moins invasive possible, la plus primaire, discrète, respectueuse -au risque d’être fragile.

Portrait

Marie Clerel (Clermont-Ferrand, 1988) vit et travaille à Paris. En 2012 elle rejoint l’ENSBA Lyon, où elle obtient le DNSEP en 2016.
Une première exposition personnelle lui est consacrée à galerie AMT project à Bratislava en 2015. En 2016, son travail est montré à la galerie Thaddaeus Ropac lors de la 66ème édition de Jeune Création, puis régulièrement lors d’expositions collectives et de foires à la Galerie Binome. Au printemps 2019 elle présente son solo show ... et le Soleil l’attend à la Galerie Binome. La série Midi, 2019 est présentée au C/O Berlin dans l’exposition Songs of the Sky, Photography & the cloud pour ensuite être présentée lors des rencontres d’Arles 2022.  

Ouverture

Du 22/08 au 29/08/2022, tous les jours.

Informations complémentaires
Langues parlées
  • Français
Animaux
  • Animaux interdis