Suite Cocon Fabriques de soie de la Galicière
Chambre d'hôtes

Suite Cocon Fabriques de soie de la Galicière

La Suite Cocon est située au premier étage d’un corps de bâtiment datant de la fin XVIII, vraisemblablement le moulin d’origine de la Galicière, une ancienne fabrique de Soie inscrite a l’inventaire des Monuments Historiques.

La Suite Cocon est située au premier étage d’un corps de bâtiment datant de la fin XVIII, vraisemblablement le moulin d’origine de la Galicière, une ancienne fabrique de Soie inscrite a l’inventaire des Monuments Historiques.

Adresse
285 chemin de la Galicière
38160 Chatte
Isère (38)
Contact

Site : https://www.alagaliciere.fr
Voir l'email

Voir le numéro
Description

Mitoyenne à la magnanerie, la suite décline avec subtilité le thème du cocon, lit rond, luminaires, claies en bois et bambou, dans une atmosphère de quiétude réconfortante.
La suite ”Cocon” fait référence à l’univers soyeux de la magnanerie. C’est dans ce bâtiment qu’étaient élevés les bombyx du mûrier. Ces vers à soie étalés par milliers sur des claies finissaient par grimper dans les rameaux de bruyère pour se muer en cocon.
Un lit nuptial, rond, s’impose comme la pièce majeur de l’aménagement.
Son chevet, réalisé à partir des planches des séquoias de la Galicière abattus suite à la sécheresse de 2003, enlace le lit.
Son plateau se termine par deux mains rondes profilée alors qu’une kyrielle de bâtons en hêtre, récupérés sur un mobilier de show room, ordonnés à la verticale constitue la tête de lit contre laquelle coussins et peluches s’épanchent. Les bâtons se prolongent derrière le lit pour s’ancrer dans un socle et constituer le paravent séparant le lit du salon.
Face au lit, tête bêche, plaqué au plafond, un encadrement de cheminée en planches séquoia. En son foyer un écran plat de 50 pouces.
Sous la cheminée, une table de bistrot des années 30 revêtu d’un plateau en corian blanc et deux chaises d’inspiration scandinave pour le petit-déjeuner, ou l’ordinateur.
Le salon s’organise autour d’une table basse en noyer. Le plateau profilé repose sur un piètement de siège des années 1970 en aluminium moulé aux contours organiques.
Sur le mur du fond, deux claies de la magnanerie sont accrochées en mode bas-relief arte povera.
Une vitrine de pharmacie présente sur des plateaux en séquoia, des ordonnancements de pièces détachées des moulins de la fabrique, carcagnoles en verre, coquettes en buis, fuseaux…
Chaque objet a une histoire que Nadia & Jean-Pascal auront plaisir à partager.

Les cocons ont déserté la magnanerie pour se retrouver désormais agréger en couronne au plafond ou rouler en boule pour tamiser les sources lumineuses.
Les plastrons des interrupteurs qui les commandent sont en hêtre naturel brut entièrement taillé dans la masse et leur petit levier cylindrique chromé n’est pas sans rappeler celui des interrupteurs produit en masse en 1930 dans les fabriques d’appareillage électrique de Saint-Marcellin et Pont-en-Royans. Les bois déclinés en différentes essences mêlent leur tonalité à celle de la terre des murs.
Les murs et plafonds d’origine ont été doublé en briques plâtrière dressées devant des panneaux de laine de bois et de ouate de cellulose puis recouvert d’un enduit terre et paille aux tons caramels dans la partie séjour et d’un enduit argile grège taloché façon travertin dans la salle d’eau.
Sur le mur écran séparant la salle d’eau de la chambre, une nature morte peinte par Anne-Marie Crozel, la dernière descendante de la famille Crozel, sur d’autres un porte-manteau miroir de courtoisie, un ancien mètre de couturière en bois et laiton.
Dans la salle de bain, au pied de la fenêtre cadrant le sous bois du coteau, la baignoire aux lignes contemporaine occupe joliment l’espace sans l’encombrer. Face à elle, la douche se démarque du sol en galets qui pommèle du sol par son bac blanc et plan et sa longue paroi de verre.
Du mur émergent deux corbeaux en pierre, vestiges d’une cheminée du XVIII°. Leur aspect sculptural est renforcé par l’encadrement épais du doublage et un éclairage de sol.
Les jardins de la Galicière s’étendent 2 hectares, en contrebas des fabriques, face au Vercors. Le village, à ses pieds, est à deux pas. Véritable havre de paix, les jardins donnent un sentiment de temps suspendu.
Les hôtes peuvent profiter de l’ombre des tilleuls centenaires, pour se délasser, et de l’incroyable vue ouvrant largement sur le grand paysage. Les toits du village et de son église se profilent au premier plan alors que les massifs du Vercors constitue un imposant fond de scène.

Ouverture

Toute l'année.

Tarifs

Une personne : 130 € (12 € le petit-déjeuner par personne)
Deux personnes : 130 € (12 € le petit-déjeuner par personne)
Personne supplémentaire : 20 €
Week-end : 260 €
Semaine : 760 €
Animaux : 20 €.


Taxe de séjour non incluse.

Informations complémentaires
Confort
  • Non fumeur
  • Accès Internet privatif Wifi
  • Sèche cheveux
  • Télévision
  • Suite familiale
Équipements
  • Abris pour vélo ou VTT
  • Salon de jardin
  • Parking
  • Entrée indépendante
  • Parc
Moyen de Paiement
  • Chèque
  • Espèces
  • Virement
Langues parlées
  • Anglais
  • Français
  • Italien
Animaux
  • Acceptés : Animaux de petite taille, propre et calme sous la responsabilité des hôtes. Supplément 20€
Capacité
  • Capacité maximale : 2 personnes