Église Saint-Louis, Sainte-Marie, Saint-Victor, Saint-Maurice
OTSA
Site et monument historiques

Église Saint-Louis, Sainte-Marie, Saint-Victor, Saint-Maurice

Cette église, citée dans une charte de Clovis retranscrite au XIIème siècle, fut commencée au XIIème siècle, et souvent remaniée, notamment au XVème siècle, par l'adjonction de 2 chapelles latérales. Celle du côté de l'Évangile est dédiée à Saint-Joseph.

Cette église, citée dans une charte de Clovis retranscrite au XIIème siècle, fut commencée au XIIème siècle, et souvent remaniée, notamment au XVème siècle, par l'adjonction de 2 chapelles latérales. Celle du côté de l'Évangile est dédiée à Saint-Joseph.

Adresse
28 rue Saint Louis
15240 Vebret
Cantal (15)
Contact

Site : https://www.vebret.fr/
Voir l'email

Voir le numéro
Description

L'Église Saint Louis (XIIème, XIVème et XVème siècle) a un cloche-mur à peigne en forme de pyramide tronquée, percé de trois ouïes abritant les cloches, relativement rare. On peut voir, à l'intérieur, une sculpture, classée remarquable et référencée dans tous les ouvrages sur l'art ou les églises, du Christ en croix, restaurée il y a quelques années puis exposée un temps à Paris. L'Église Saint Louis est classée Monuments Historiques et est située à l'entrée du village, accès aisé, parking à proximité. On peut voir, à proximité, le Monuments aux Morts et une croix et flâner dans l'Espace Saint Louis, devant l'église. Ouverte en juillet et août sinon récupérer les clés à la mairie.

"##Histoire
L’église de Vebret élève depuis le XIIe siècle son clocher triangulaire au milieu de prairies qui mettent en valeur sa couleur terre de sienne – du tuf volcanique – et les lauzes grises nuancées de lichens. Pourquoi une telle église au milieu de la campagne ? Il est probable que le village d’origine s’est déplacé, pour une raison inconnue, laissant seule cette église paroissiale dédiée à Saint-Maurice et Saint Louis.
Devant l’édifice, de l’autre côté de la route, se dresse une croix de pierre, qui se distingue par sa hauteur, son matériau (le granit) et son style des autres croix en pierre du canton. Exécutée à Lannion, elle a été rapportée de Bretagne en 1890 par Mme de Vaublan, châtelaine de Vebret, qui était originaire de la région de Tréguier, dans les Côtes d’Armor.
Semée d’écôts, c’est à dire d’épines, cette croix s’inspire des anciennes croix d’épidémies fréquentes en Bretagne. En période de peste, les croix écôtées évoquaient l’arbre de vie pouvant sauver les âmes et les corps, tandis que les écots étaient assimilés à des bubons de peste.

##Architecture et histoire de l'art
Le mobilier de l’église, très riche, représente toutes les époques.
Son trésor en est, sans conteste, le superbe Christ en croix roman. Lors de son classement au titre des monuments historiques, en 1957, on le pensait daté de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe, donc de la période gothique. En 1959, sa restauration révèle des modifications apportées aux bras et aux mains : les mains ne sont pas en position de bénédiction, mais paumes ouvertes ; et les yeux ne sont pas non plus fermés mais eux aussigrand ouverts. Ce n’est donc pas un Christ gothique, souffrant, mais un Christ roman, représenté en croix, mais vivant, en majesté. Le corps très droit, le jeu des plis concentriques du périzonium – le vêtement – sur les cuisses, la ceinture nouée devant retombant sur les jambes, les cheveux en mèches fines réparties sur les épaules…tous ces traits stylistiques rattachent le Christ de Vebret au groupe des christs romans du sud du Massif Central (Haute-Loire, Cantal, Aveyron).
En 1989, un autre nettoyage a permis d’établir la chronologie des couches peintes ornant le périzonium. La couche bleue avec bordure dorée semble d’origine. Puis apparaît une couche noire ou bleue très foncée qui pourrait dater de la fin du Moyen Âge avec un décor d’étoiles blanches et un galon à bandes rouges et noires. L’actuel revêtement vert daterait du XVIIe ou du XVIIIe siècle.
Singulière également la chaire à prêcher car elles sont rares dans le Cantal avant le XIXe siècle. Or celle de Vebret, haute de 2,90 mètres, en bois, date précisément du premier quart du XVIIIe, une certitude établie grâce aux procès-verbaux des visites de l’évêque de Clermont en 1700 et 1727.
Un escalier droit à corps ajourés, à motifs de feuillages, mène à une cuve à sept pans sculptés – où se tient le prêtre en chaire.
Le décor en demi-relief reprend les thèmes des Evangélistes et des Docteurs de l’Eglise– c’est-à-dire des théologiens exceptionnels - fréquents dans l’iconographie des chaires. Les personnages écrivent sous l’influence de l’inspiration divine, symbolisée par les attributs habituels : aigle de Saint Jean, bœuf de Saint Luc, lion de Saint Marc, homme ailé de Saint Matthieu, colombe du Saint-Esprit pour Saint Grégoire, cœur enflammé de Saint Augustin.
Levons la tête : sur le plafond lambrissé, s’ébattent des oiseaux, s’épanouissent des bouquets de fleurs, depuis le XIXe siècle. La facture simple, presque un peu malhabile, rapproche ce décor de celui de l’église d’Antignac, située sur votre parcours. Un même peintre itinérant aurait-il œuvré dans plusieurs églises de la région ?"

Ouverture

Du 01/07 au 31/08, tous les jours.
En hors saison, demander les clefs en Mairie.

Tarifs

Gratuit.

Informations complémentaires
Équipements
  • Parking à proximité
Langues parlées
  • Français
Animaux
  • Animaux interdis